Les grandes étapes de notre émancipation

https://odysee.com/@r%C3%A9sistants:6/les-grandes-etapes-de-notre-emancipation:4

Difficile d’appréhender une stratégie et notamment la Stratégie d’émancipation collective qui repose sur des sujets pouvant paraître complexes. Une stratégie, ça s’étudie, se répète, s’évalue et s’applique scrupuleusement.
Après tout, Napoléon ne partait pas en guerre en ayant briefé ses soldats la veille…

Rassurez-vous cependant, nous sommes là pour accompagner ceux qui le souhaitent vers l’émancipation individuelle et collective au travers de cette stratégie.

Difficile également d’y voir clair dans les démarches.
En bref, la question qui revient sans cesse: « D’accord, mais par où commencer ? »
A cette question, nous proposons notre cheminement en 3 étapes:

Première étape – Penser et agir en conscience avec un nouvel état d’esprit.

Cette étape consiste à prendre conscience que le monde ne tourne pas rond. Mais plus encore, il convient d’en connaître les raisons.
Ces raisons, nous les avons pointés du doigt au travers de ce qu’on appelle « la mécanique d’asservissement Étatique ».
Ce Système illégal, illégitime, frauduleux et criminel, a mis en place des outils pour nous déposséder et nous asservir.
Principalement par l’intermédiaire du contrôle mental, de l’argent dette et de la fraude du nom légal, que nous considérons comme des leviers majeurs de la Stratégie.

Lorsque ces sujets seront un minimum maîtrisés, normalement devrait s’opérer une prise de conscience menant vers un changement d’état d’esprit.
Car ce n’est que lorsque que nous sommes pleinement convaincus et déterminés que ces changements s’opèrent en nous.
N’espérez donc pas aller trop vite si ces sujets vous plongent encore dans un épais brouillard.
Rassurez-vous une fois de plus, il est inutile d’être un expert dans ces domaines pour sauter vers la seconde étape. Tout vient aux déterminés ayant ce souhait d’émancipation. De plus, l’accompagnement pédagogique sera assurée tout au long du cheminement.
Cette étape peut prendre quelques heures, comme des mois, selon notre niveau d’implication et de compréhension.

Il est bien sûr également nécessaire d’appliquer les rudiments de la Résistance aux travers de nos actions quotidiennes, toutes listées sur notre site. Nous considérons ces actions comme évidentes et acquises pour les \Résistants, justement car nous sommes convaincus de leur nécessité, nous préférons donc axer la pédagogie sur les sujets essentiels cités auparavant.

Si vous êtes convaincus par nos constats, nos actions, ainsi que par les leviers majeurs que nous mettons en avant comme fil rouge de notre Stratégie, alors il convient de vous positionner et d’agir à contre courant de ce Système mortifère.

C’est l’objet de la seconde étape.

Seconde étape – Œuvrer pour la juridiction des Êtres Vivants

L’émancipation, avant d’être collective, se doit d’être individuelle. Notamment parce qu’il est nécessaire d’incarner le changement avant de vouloir l’appliquer dans ce monde.
Calmez-vous, cela ne veut pas dire que vous devez partir au front en solitaire contre le Système.
L’émancipation, c’est en premier lieu ce fameux état d’esprit, celui de se savoir libre ou d’avoir envie de l’être.

Aucune action individuelle concrète n’est requise pour se mettre dans le bon état d’esprit, notamment si vous n’en maîtrisez pas les rudiments. En premier lieu, seule la compréhension des démarches est nécessaire. Les actions concrètes seront réalisées lorsque les sentiers seront davantage battus.

Cette seconde étape, nous allons la réaliser grâce à l’extraordinaire œuvre de l’OPPT (The One People’s Public Trust) organisme qui a officiellement mis en forclusion les États, les rendant caduques et illégitimes depuis 2012. Oui, rien que ça.

L’objectif de cette seconde étape est de nous fédérer en très grand nombre au travers de NOTRE juridiction, celle des Êtres Vivants. Cette juridiction se veut supranationale, soit au-dessus des pays-nations, et reposant sur les lois naturelles, au-dessus donc de toutes les juridictions créées par l’Homme.

Vous le savez à présent pour s’extirper d’un système il convient de ne pas œuvrer dans son cadre, notamment leur fameux et fumeux cadre légal. A nous d’en sortir mentalement et administrativement en portant cette alternative.

En somme, il convient de nous fédérer massivement pour faire reconnaître cette juridiction afin de la légitimer.
La logique est simple, telle une convention, plus nous sommes nombreux à reconnaître une chose, plus cette chose sera reconnue légitime et applicable.
Comprenez que rien ne peut nous être imposé dès lors où nous sortons de leur juridiction. Mieux, plaçons nous dans la légitimité de faire valoir la notre, avec nos règles, nos conditions. Notre liberté n’est plus discutable.

Autrement dit, d’adopter l’état d’esprit Diverain, soit l’aboutissement de la Conscience Responsable de l’Être, conscient de sa liberté « souveraine » et de sa part d’Être « Divin » issue de la Création qu’il représente en ce monde.

Les initiatives de l’OPPT vous feront suivre un parcours fléché pour bien saisir les tenants et aboutissants de nos travaux qui permettent, assez rapidement, « d’entrer dans le game » de manière concrète pour les plus déterminés et surtout, de préparer le terrain pour la troisième étape.
L’OPPT vous sera présenté dans le prochain communiqué, numéro #22.

Troisième étape – La Confédération des Êtres Vivants

L’émancipation individuelle n’étant pas une finalité, la reconnaissance seule de notre juridiction d’Êtres Vivants peut s’avérer insuffisante face aux répliques du Système, notamment si nous ne parvenons pas à nous organiser ni à nous structurer.
Ceci est un point central de la Stratégie d’émancipation qui se veut, comme son nom l’indique, collective !

Nous renvoyons au communiqué #15 – L’inévitable notion de Résistance.

Dans l’esprit, cela ressemble à une administration car pour faire face à un État, il faut que nous soyons en mesure de représenter un État.

Cette juridiction, nous envisageons donc de la formaliser administrativement afin d’être en mesure de faire face à ce Système, car il ne suffit pas de l’ignorer pour le faire disparaître. Pire, lui-même tentera d’annihiler nos initiatives en les sabotant comme ils savent si bien le faire. Bref, tous les moyens sont bons pour récupérer sous son égide, les esclaves qui tentent de lui échapper.

C’est donc au travers d’une structure libre, la Confédération du Vivant, que nous souhaitons bâtir notre Royaume, où finalement, le seul roi est le Vivant. Point de reconnaissance ou d’appartenance, le seul souhait d’œuvrer pour un monde plus juste et respectueux est nécessaire.
Il s’agit d’une des meilleures cartes que nous avons à jouer dans l’immédiat pour un résultat rapide et efficace.

Cette carte a pour objectifs de nous défendre de ce système, de récupérer nos biens légitimes, d’agir méthodiquement sans la moindre violence et potentiellement, de bousculer ce colosse étatique aux pieds d’argile.

En guise d’exemple, il sera possible d’administrer sa fiction juridique à sa guise, de voyager ou circuler librement dans le monde avec un seul document et non pas ceux du citoyen évidemment, de sortir du foncier en redéfinissant nos terres comme allodiales, de s’affranchir des nombreuses et injustes restrictions, d’arrêter le racket organisé par l’État au travers des diverses taxations. Etc.

En somme, d’être libre d’agir en conscience, avec responsabilité, respect et bien sûr sans préjudice.

Récapitulatif des étapes

  1. Saisir les enjeux et adapter le bon état d’esprit.
  2. Commencer le cheminement mental et administratif vers l’émancipation individuelle.
  3. Nous structurer via la Confédération du Vivant afin d’œuvrer pour l’émancipation collective au travers de notre juridiction des Êtres Vivants.

Rejoignez la \Résistance et organisons la \Résilience !

Agissez, partagez et faisons les tomber !

Laissez un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.