La stratégie des \Résistants

Préambule

L’essor des Résistants incarne une stratégie d’émancipation collective ayant pour double objectif notre désolidarisation de ce système illégitime et frauduleux ainsi que sa chute définitive.

Elle repose sur notre faculté à nous unir, à nous organiser et à agir ensemble vers un objectif commun.
Ainsi que sur la prise de conscience de nos conditions de sujets consentants via la création de nos « personnes juridiques ».

Il n’y a aucun sauveur ni aucune solution miracle. Notre responsabilité personnelle doit sérieusement être engagée.

Constat préalable

Avant de se lancer corps et âme dans des actions passionnelles, il convient de prendre du recul et de se mettre d’accord sur deux points pour envisager une convergence de nos initiatives.

  1. Contre qui/quoi devons nous résister ?
  2. Quel est alors le meilleur moyen de parvenir à nos fins ?

Notre stratégie de sécession

La sécession est l’acte consistant à se séparer officiellement et volontairement du reste de l’État (ou plutôt corporation) à laquelle nous appartenons.
En d’autres termes, si nous ne sommes plus en accord avec le système, nous avons la possibilité de nous en désolidariser, de nous en défendre et de l’attaquer légalement.

Les étapes:
Union > Organisation > Actions + Ligne directrice commune (FDNL)

Succinctement, la stratégie consiste à nous unir via des antennes locales situées dans chaque département.
Ces antennes doivent être gérées par des référents locaux et toutes doivent être connectées entre elles. L’organisation et la communication sont donc primordiales.
Outre les actions de résistance qui constituent la base de notre arsenal de Résistants, chaque antenne locale doit être en mesure de travailler sur notre ligne directrice: la fraude du nom légal (FDNL)

D’une manière générale, l’idée est de prendre le mondialisme à contre-pied en redonnant le pouvoir à l’organisation locale, tout en se concentrant sur les failles du système qui se trouvent au niveau administratif et juridique. Il n’est donc pas seulement nécessaire de tourner le dos au système et de cohabiter avec lui, nous devons également nous organiser pour recréer une société à notre image tout en mettant cet oppresseur hors d’état de nuire.

Lorsque le nombre le permettra, que les différentes antennes locales seront en lien et alignées sur la stratégie, nous envisagerons une sécession massive via le levier majeur qu’est la fraude du nom légal.
L’éventail des possibilités est énorme, à nous de nous les approprier. (+ d’info sur la sécession dans la FAQ)

Phase 1 : UNION

Prendre du recule face à la situation en sortant la tête du guidon. Nous devons communiquer entre Êtres et collectifs pour nous mettre d’accord sur la bonne stratégie à mener.
Cette phase d’union est primordiale pour créer du réseau, une réelle cohésion de groupe, donner de la crédibilité à notre convergence et par conséquent du poids à nos initiatives.

  • Les êtres isolés constituent ou rejoignent des groupes de Résistants.
  • Les collectifs déclarent des référents qui prennent contact avec les référents de tous les autres collectifs locaux.

La condition sine qua none de notre réussite dans n’importe quelles de nos actions est celle de parvenir à nous unir.
Car TOUTES les propositions de résistance au système requièrent que nous soyons nombreux à tirer dans le même sens.
Notre arme principale est notre nombre car le nombre fait notre force !

Nous sommes tous en mesure de contribuer à l’essor de notre \Réseau. [Approfondir le sujet]

Phase 2 : ORGANISATION

Déployer des antennes départementales toutes interconnectées et qui appliquent cette même stratégie de Résistance car la cohésion de groupe fait toute la différence.
Pour cela, nous avons besoin de coordinateurs dont les missions sont, sans s’y limiter:

  • d’être un des interlocuteurs privilégiés pour les \Résistants de son secteur, soit être en mesure d’accueillir et de guider.
  • d’organiser des rencontres physiques locales.
  • de porter la stratégie et être en mesure de la transmettre. Incluant les rudiments de la FDNL.
  • d’orienter vers des projets d’entraide et de création où chacun aurait ses aspirations, ses compétences et ses ressources à mettre au profit du groupe. (autonomie alimentaire, énergétique et monétaire, groupe d’IEF, juridique, écolieux, etc.)
  • d’incarner le lien entre les différentes antennes.
  • de s’appuyer sur notre communication pour rassembler et porter la stratégie d’une seule et même voix.

/!\ IL EST CAPITAL DE GARDER LE LIEN QUI NOUS UNIS ET DE NE PAS PARTIR S’ISOLER SUR DES PROJETS.
Nous avons besoin de ce lien pour lancer des actions d’envergure au niveau local et national.
Notamment pour l’appel à la sécession.

Phase 3 : ACTION

3.1 Notre arsenal de Résistants

Nos Actions, personnelles et collectives, constituent la base de ce qu’un Résistant doit être en mesure d’appliquer au quotidien.
Rappelons que nous avons du retard, que nous sommes à un moment charnière et qu’aucune action ne peut se substituer à une autre.
Chaque individu ou collectif a ses aspirations et ses compétences et peut donc user des nombreux moyens d’émancipation que possède le peuple :

  • union / réseautage
  • réinformation / contre-propagande
  • désobéissance civile
  • actions subtiles et créatives
  • boycott / choix judicieux
  • autonomie alimentaire, énergétique, monétaire, sanitaire
  • création de projets bienveillants
  • etc.

A chacun de se positionner sur ces thèmes pour mettre sa pierre à l’édifice. [Approfondir le sujet]

3.2 Notre ligne directrice

D’une importance majeure car elle incarne la cause des causes !
La fraude du nom légal est notre ligne directrice, un levier majeur d’éveil des consciences et d’actions car elle dévoile une branche principale du complot de manière factuelle, au niveau administratif et juridique.
Nous sommes TOUS concernés !

Prendre connaissance de cette gigantesque fraude mondiale qui légitime toutes les autres.

Les fondements du système :
Lorsque le nombre le permettra, nous serons en mesure de lancer la sécession, soit d’effectuer notre Affidavit (déclaration sous serment) à envoyer à tous les organismes étatiques pour définitivement pousser vers l’officialisation de la fin de ce système factuellement frauduleux et esclavagiste.

Ensemble, et par effet boule de neige, signifions à l’oligarchie que nous l’avons démasqué et que nous avons compris son système de mise en esclavage par le dol qui est un vice du consentement sanctionné par la nullité du contrat. Article 1137 du Code civil.
Notre acte de naissance étant le premier contrat qui nous lie à la société REPUBLIQUE FRANCAISE PRESIDENCE (SIRET 100 000 017 00010)

L’émancipation via la sécession, c’est un large panel de possibilités pour œuvrer en faveur de notre liberté tout en étant les grains de sable qui enraillent la mécanique étatique.

Rejoignez nous pour connaître tous les rouages de la stratégie car il est grand temps de converger vers cette action d’envergure nationale qui vise les fondements du système mondial actuel. (+ d’info sur la sécession dans la FAQ)

Appel à l’action – Résistants, à vous de jouer !

Vous adhérez à notre stratégie ?

>>> Contribuez en rejoignant la \Résistance

>>> Nous contacter

>>> Partagez sur les réseaux sociaux et autour de vous. Merci.


FAQ

Quelques réponses aux questions fréquemment posées quant à notre stratégie:

Qu’est ce qu’un Résistant aujourd’hui ?

Être Résistant aujourd’hui repose sur un état d’esprit, des compétences et un savoir être. Qu’est ce qu’un Résistant aujourd’hui ?

Les actions non privilégiées
  • Oublions les pétitions et les manifestations qui ont rarement abouti pour de grandes causes : La relative utilité des manifestations
  • Oublions la voie politique classique qui est un outil d’égarement du système. Des années de lutte pour quels résultats ? Les initiatives populaires (RIC, référendum, etc.) ne pourront être misent en place uniquement lorsque nous aurons repris les commandes du pays.
  • Ne mettons pas tous nos espoirs dans les actions juridiques classiques. L’oligarchie à la main mise sur les lois et la constitution qu’elle rédige en sa faveur. Les lois sont uniquement une affaire de « sans-dents ».
  • Ni sur les courriers à l’attention des maires, députés, préfets et autres individus désarmés ou corrompus.
  • Quant au blocage, ne nous mettons pas nous même en défaut en bloquant le pays sans au préalable établir une véritable stratégie de blocage. De plus, l’oligarchie règne dans la division, ne lui mâchons pas le travail à nous battre entre pauvres gens plus ou moins conscients. Aussi, la pénurie alimentaire serait un drame pour tout un peuple, l’oligarchie n’en serait absolument pas inquiétée.
La stratégie de sécession, qu’est ce que cela implique ?

La sécession consiste à se séparer de cette corporation qui s’est enregistré en tant que « REPUBLIQUE FRANCAISE PRESIDENCE ».

Bien que possible et conseillée, nous n’incitons personne à définitivement sortir du système via sa déclaration de sécession.
Car il est effectivement possible de « disparaitre des registres de l’Etat » pour vivre en totale indépendance sans devoir rendre le moindre compte à quiconque.
Il n’est nullement question de se déposséder sans savoir où l’on va, ni de perdre subitement un certain confort de vie. Beaucoup d’idées fausses circulent alors que nous pouvons créer, à plusieurs, une autre réalité.

Ceux qui maitrisent les rudiments savent que nous pouvons très bien faire valoir notre être diverain (divin et souverain) autant que continuer d’administrer la personne juridique qui nous a été créée à notre naissance.

Le coeur de la stratégie repose dans notre volonté de signifier d’une quelconque manière, et en grand nombre, que nous avons compris la supercherie et qu’à présent, le peuple diverain roule comme un seul homme pour faire valoir ses droits inaliénables.

 

Quels sont les risques d’appliquer cette stratégie ?

Notre objectif est de ne mettre aucun Être en défaut et de ne pousser à aucun acte répréhensible. Cette proposition stratégique n’est que liberté d’agir et exploitation des failles du système. Évidemment, nous pouvons nous attendre à ce qu’il n’accepte pas notre sécession, nous devrons donc agir en conséquence. La situation actuelle est si dramatique que rien ne peut se passer sans prendre le moindre risque. A bon entendeur.

Contre qui/quoi devons nous résister ?

Il est vain d’aller taper à la porte des élus, députés, maires et autres individus corrompus ou sans pouvoir. N’espérons pas plus des présidents, simples marionnettes à la solde d’un oppresseur que nous pouvons nommer : oligarchie mondialiste. Il s’agit principalement de grandes familles richissimes placées en haut de la pyramide, là où les réelles décisions sont prises. Elles pilotent tous les organismes de pouvoir que sont la politique, les médias, la justice, les communications, les énergies, etc.

Quel est alors le meilleur moyen de parvenir à nos fins ?

N’êtes-vous pas suffisamment convaincu par la stratégie de L’essor des Résistants ? 😉

Cette stratégie est susceptible d’évoluer, principalement au rythme de ce que nous impose le système.