La relative utilité des manifestations

https://odysee.com/@r%C3%A9sistants:6/la-relative-utilite-des-manifestations:d

Résistants,

Le gouvernement accélère ses mesures liberticides et encore une fois l’émotionnel prend le pas sur nos bonnes décisions.
La peur et la colère nous poussent à agir dans l’urgence et c’est dans la rue que nous avons volontairement été habitués à exprimer notre désarroi.

Point sur les manifestations

Les manifestations doivent être demandées pour être…. autorisées !
Depuis quand devons-nous demander la permission de nous insurger ?!

Ces mouvements populaires renforcent le sentiment d’unité et permettent aux individus de se rassurer quant à leurs positions. Ne pas être seul est une préoccupation humaine.
Pour exemple, les membres d’une foule sont davantage convaincus par le phénomène d’universalité selon lequel l’idée que si tout le monde dans la foule agit de telle et telle manière, elle ne pourra pas se tromper. Prenons garde de ne pas nous gargariser de l’énergie engendrée par la ferveur populaire.

Surtout, participer aux manifestations donne l’impression d’un travail accompli, d’avoir servi la cause populaire et donc, d’avoir été utile.
Cette illusion d’utilité occulte le résultat espéré de nos mobilisations, il suffit de regarder nos précédentes tentatives pour s’en convaincre.
Les manifestants grondent tandis que les lois passent en silence.

Historiquement, les manifestations n’ont jamais fait reculer le gouvernement sur les décisions critiques mettant en péril nos libertés.
Et si l’État nous donne l’impression de reculer, ce n’est que pour mieux sauter.

Une histoire de manipulation

L’État a un temps d’avance, il serait naïf d’envisager le contraire. L’opinion public a soigneusement été manipulé à coup de propagande médiatique, il leur suffit de laisser le peuple sortir dans les rues pour obtenir la division souhaitée.
Nous sommes donc d’une quelconque manière attendus dans les rues: « provax contre antivax », autrement dit « gentils citoyens obéissants et responsables contre dangereux irresponsables vecteurs de virus mortels ». Diviser pour mieux régner, toujours ces mêmes méthodes des régimes autoritaires.

Les milices, casseurs et autres groupuscules contrôlés par l’État vont progressivement infiltrer nos cortèges pour créer le désordre et légitimer les forces de l’ordre dans la nécessité d’avoir recours à la violence.
Ne nous y trompons pas, la violence sera montée en épingle comme à chaque fois et nous n’y pourrons rien. Ce que nous considérerons comme de la légitime défense sera alors tourné comme de l’agression. C’est malheureusement infaillible.
Ces infiltrations habituelles visent à discréditer nos mouvements, même les plus pacifiques. Quant aux médias à leur solde, ils n’attendent que de nous voir dehors pour propager la discorde.
Les stratagèmes sont connus, faire passer les manifestants pour des dangereux militants d’extrême droite, des antisémites, des négationnistes, des complotistes, des agresseurs…. Bref, nous connaissons la musique.

Un réel danger

Aussi parce que les manifestations, au delà d’avoir une utilité relative, sont devenues très dangereuses.
Combien de vies ont basculé et pour quel résultat ?
Nous savons qu’au niveau des groupes d’intervention, les ordres ont été donnés de viser à hauteur de tête avec leurs flashballs.
Au delà des matraques, des gaz lacrymogènes, grenades de désencerclement, des canons à eau, etc. Voudrions nous à présent nous frotter aux canons à rayons anti-émeute ?!
Ces armes de guerre ont crevé des yeux, défoncé des crânes, mutilé des corps jusqu’à arracher des mains, des pieds et sont maintenant capables de nous irradier !
Les troupes du gouvernement maîtrisent l’art de la manifestation, ils savent où nous attendre, ou nous dévier, comment nous séparer et comment nous piéger. Les nasses, jugées illégales par le Conseil d’État sont toujours pratiquées par un gouvernement qui comme on le sait, ne respecte plus rien.
Soyons réalistes, sur le plan de la violence, nous n’avons actuellement pas les moyens de la contenir et encore moins d’y faire face .
Les institutions que sont l’armée, la police ou la gendarmerie ne sont pas encore du côté du peuple.

De plus, la violence pourrait légitimer la mise en place de mesures bien plus sévères comme la loi martiale, ce qui nous plongerait dans un régime bien pire que celui dans lequel nous sommes aujourd’hui.
Devons-nous préciser que le pass sanitaire, ainsi que les diverses obligations qui y sont liées, seraient alors imposées par la force ?
Doit-on faire le lien avec les nombreux mouvements de véhicules militaires dans tout le pays ?

L’essor des Résistants est un mouvement pacifique qui ne peut cautionner que l’on mette en péril le moindre individu. Il y a selon nous mieux à faire.
La violence appelle la violence. Soyons donc bien informés et responsables de nos actes.

Différence entre Manifestations et Rassemblements

Si nous pouvons donner une utilité aux manifestations, c’est celle de créer du lien sur le terrain et de permettre de rallier du monde à notre cause.
Alors plutôt que de manifester à proprement parler, nous pouvons simplement faire des rassemblements pacifiques, c’est à dire investir des lieux et échanger dans le calme sans pour autant planifier des marches en criant des slogans tapageurs.
Créer plusieurs regroupements spontanés dans une ville permettrait d’élargir le champ d’action.
La cooptation, la distribution de tracts, l’affichage de pancartes, la création de liens sociaux ainsi que les réunions de travail seraient tout aussi, voire plus efficaces, moins risqués et moins attendus.

Frapper plus fort

Nous possédons des armes redoutables pour bousculer ce système qui n’est qu’un colosse aux pieds d’argile.

Le Boycott

Certainement le plus grand pouvoir que possède le peuple, à la condition qu’il en prenne enfin majoritairement conscience.
Il suffit simplement de ne plus consommer pour tout arrêter car, notre consommation collective façonne notre société. Cela nécessite tout de même une certaine organisation et une forte adhésion.

La Grève et les blocages

Une grève à la consommation mettrait l’économie à l’arrêt, comme le permet le boycott pour des cibles particulières mais d’une manière bien plus radicale. Tout comme le blocage stratégique dans la mesure où le peuple ne se met pas lui-même de bâton dans les roues.

Le Bank run ou « panique bancaire »

S’il y a un système qui ne tient qu’à un fil, c’est bien l’économie.
Une banque, même en bonne santé, ne peut pas faire face à des retraits massifs de tous ses clients.
Retirer ensemble une somme d’argent liquide de façon synchronisée créerait une terrible faille dans leur système. Faille qui ne manquerait pas de révéler la nature fictive de notre système économique.

La Sécession

Lorsque nous ne sommes pas en accord avec l’État, la première des mesures est de se séparer de lui en faisant sécession.
Elle permet de faire scission avec la collectivité nationale pour former un État distinct ou pour se réunir à un autre.

La souveraineté

Autre corde à notre arc pouvant davantage renforcer notre stratégie de sécession est celle de nous appuyer sur la méconnue « Fraude au nom légal » pour nous extraire définitivement de ce système commercial dont nous appartenons tous, malgré nous.

La création de projets

Si nous ne sommes pas en accord avec ce modèle de société, il ne tient qu’à nous d’en créer un nouveau avec des projets plus en adéquation avec nos aspirations.
Les possibilités sont sans limite, à nous de réfléchir au monde que nous voulons bâtir pour demain.

Nos actions

Ce que nous définissons comme « nos actions » constituent la base de ce que les Résistants doivent être en mesure de réaliser au quotidien pour s’extraire du système.
Ce qui inclue le travail de fourmi qu’est la réinformation (création et distribution de tracts, sensibilisation sur le terrain, etc.)
L’information est une arme à elle seule.

Ces stratégies de Résistance seront développées ultérieurement car toutes méritent d’être soigneusement développées.

Contactez-nous, la Résistance fait appelle à toutes bonnes âmes prêtes à s’engager dans la reconquête de nos libertés. \R

Agissez, partagez et faisons les tomber !

Laissez un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.