Opération sans masque #NoMaskFDNL

La stratégie LEDR n’incite pas à la confrontation, cependant nous concevons cette envie d’agir pour rapidement stopper la dictature sanitaire.
La désobéissance civile devient légitime lorsque le système ne l’est plus !
Alors, pour les plus téméraires ayant cette sensibilité du terrain, nous leur proposons de s’appuyer sur notre ligne directrice qu’est la fraude du nom légal pour donner une autre dimension à nos actions.

Il n’est donc pas question d’hurler des slogans tapageurs mais d’amener au dialogue car nous prônons la Résistance par l’intelligence et la bienveillance.

Vous souhaitez vérifier la véracité de la fraude du nom légal ?
Vous êtes au bon endroit, appliquons la ensemble.

Notre proposition

#NoMaskFDNL

Action synchronisée les mercredis à 19h dans les temples de la consommation tels que les hypermarchés Carrefour.

  1. Rassemblement à l’extérieur pour évaluer notre nombre. Il est important de communiquer et former des groupes.
  2. Rendez-vous progressivement à l’intérieur pour faire semblant de faire nos courses (boycott des enseignes mondialistes).
  3. A 19h00 nous enlevons nos masques et déambulons dans les rayons, visages frais et rayonnants.
  4. A la moindre interpellation, tout les autres rappliquent pour apporter leur soutien, dans la bienveillance et le dialogue.

Un double objectif sur deux niveaux

Inverser le rapport de force dans les lieux que nous visitons pour imposer l’arrêt des mesures sanitaires illégales.
Ouvrir nos interlocuteurs à la fraude du nom légal dans un dialogue bienveillant et constructif.

Niveau 1

Confronter les clients, les employés et les patrons de ces enseignes à leur soumission à ce système frauduleux en leur montrant que d’une, nous sommes nombreux à ne plus vouloir appliquer ces mesures liberticides et de deux, nous sommes légitimes dans notre démarche car tout ce que le gouvernement impose est parfaitement illégal.

Niveau 2

Engager le dialogue avec les gardiens de la paix et les gendarmes pour les informer, toujours dans une totale bienveillance, qu’ils sont tout comme nous des victimes de la fraude du nom légal.
Il s’agit de leur témoigner de la non légitimité de leur employeur, qui sont des sociétés privées, tout en leur montrant leur numéro de SIRET et leur non inscription au RCS.
De ce fait, leur prouver que les amendes appliquées sont elles aussi illégales.
En d’autre terme, les gardiens de la paix et gendarmes ne peuvent vous mettre une quelconque amende dès lors où vous ne contractez pas avec eux.
C’est le principe du non consentement à représenter sa personne juridique.

/!\ ATTENTION: il convient de ne pas entrer dans ce jeu si vous ne vous en sentez pas capable ou si vous ne maîtrisez pas les rudiments de cette fraude du nom légal. Ce puissant levier d’émancipation peut se retourner contre nous par manque de connaissance ou parce qu’eux ou nous, sortons du cadre de la bienveillance.
Les risques sont une amende (fictive et contestable) voire une retenue de 4h au poste de police.
Il est tout de même possible de nous défendre en portant plainte contre des agents qui appliquent des mesures illégales. N’oublions pas que nous nous appuyons sur des lois bien au dessus des leurs.
Nous avons une arme puissante entre les mains et comme toute arme, il convient d’être prudent lorsqu’on la manipule.
Votre responsabilité personnelle est engagée, nous nous devions de le préciser.

Le dialogue avec la police et la gendarmerie

Voici des conseils pour orienter votre argumentaire.

  • Ne communiquez pas votre identité.
  • Demandez leur de se présenter à vous car c’est bien eux qui vous abordent et non l’inverse.
  • S’ils présentent leur corporation (exemple Gendarmerie Nationale), demandez plutôt leur nom et leur numéro RIO (Référentiel des Identités et de l’Organisation).
  • S’ils ne répondent pas aux questions, faites en de même en stipulant que vous ne souhaitez pas répondre aux questions, rien ne vous y oblige si ce n’est nos croyances.
  • S’ils se réfèrent à la loi, demandez leur de vous la montrer, puisqu’ils sont soit disant les détenteurs des lois, ils doivent être en mesure de vous les présenter.
  • S’ils parviennent à vous les montrer, notez que celles-ci s’adressent aux personnes juridiques et non aux êtres vivants que vous êtes.

Conclusion: vous n’avez pas souhaité représenter votre personne juridique en refusant de donner une pièce d’identité, ces derniers ne peuvent alors pas contracter avec vous, c’est à dire faire appliquer des lois qui ne vous concernent pas en tant qu’êtres vivants libres.

Notons que:

  • Les codes ne sont pas des lois, ce sont des réglementations qui suggèrent sans induire d’obligation.
  • Nous ne sommes pas obligés de reconnaître notre personne juridique. (Article 6 des Déclarations des Droits de l’Homme). Excepté par l’entremise de la sûreté de la personne.
  • Ces Déclarations sont inaliénables. (Article 30 des Déclarations des Droits de l’Homme).

Les supports

Voici des tracts à imprimer sur lesquels vous pouvez appuyer votre argumentaire et qui peuvent aboutir à une réflexion sur l’illégalité de ce système frauduleux ainsi que sur ces mesures sanitaires tout aussi illégales.

Retrouvez également quelques documents utiles dans notre présentation de la fraude du nom légal.

Ne jouons pas aux héros, il n’est que question de faire valoir nos droits.
Restons polis, courtois et bienveillants. [Nul n’est censé ignorer notre charte]
Le nombre et la connaissance feront notre réussite. \R

Agissez, partagez et faisons les tomber !

Laissez un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

2 commentaires sur “Opération sans masque #NoMaskFDNL”